À la Une
Stories
Les + lus
Ressources Humaines
Conseiller en évolution professionnelle

Agnès Lidouren de Adecco : zoom sur le métier de conseiller en agence d’intérim


Lecture: 7 minutes
15 avril 2024
Portrait

À la croisée des chemins entre les entreprises et les candidats, les conseillers en recrutement jouent un rôle pivot en agences d'intérim. Entretien avec Agnès LIDOUREN, responsable recrutement en agence généraliste Adecco à Landivisiau (29).


Dans les ressources humaines, le rôle du conseiller en agence d'intérim constitue un petit travail d’orfèvre. Accueil, écoute, et médiation sont au cœur de cette profession qui nécessite une flexibilité constante.


Une routine ? Quelle routine ?


« En agence, il n’y a pas de journée type ! », affirme d’emblée Agnès Lidouren. En revanche, il y a bel et bien des étapes à ne pas manquer pour jalonner efficacement sa journée de travail et assurer la bonne continuité de ses missions.


La responsable recrutement en agence chez Adecco commence sa journée par un rapide coup d'œil aux mails et messages reçus pendant la nuit. Entre les demandes urgentes de remplacement d'un candidat malade et les nouvelles missions envoyées par les entreprises, chaque matin offre son lot de surprises. « Il faut savoir faire preuve d'agilité face aux imprévus », précise-t-elle ainsi.


Les appels téléphoniques rythment ensuite la matinée. Gestion des absences et ajustements de dernière minute pour lesquels la conseillère doit rester constamment à l'écoute. « Gérer toutes les demandes entrantes par mail ou téléphone comme les absences de candidats, les nouvelles missions… cela demande une capacité à prioriser en fonction des urgences », explique Agnès Lidouren.


L'après-midi, la conseillère se consacre bien souvent aux entretiens, que ce soit en agence ou à distance. Ces moments sont centraux, puisqu’ils lui permettent de mieux connaître les candidats, d'évaluer leurs compétences et leur motivation, et surtout de comprendre leurs aspirations professionnelles. C’est un processus d'échange intensif où elle doit faire preuve d'écoute active et d'empathie pour saisir les nuances de chaque profil. « Le responsable recrutement doit mettre à l'aise et questionner son interlocuteur afin d’obtenir toutes les informations utiles sur son savoir, son savoir-faire, son savoir-être, ses aptitudes et ses motivations », illustre-t-elle, et ce travail de discernement est un incontournable du métier. En effet, il permet au conseiller de positionner les candidats sur des missions qui correspondent non seulement à leurs compétences, mais aussi à leurs attentes personnelles.


En parallèle, elle doit maintenir un dialogue constant avec les entreprises clientes. Comprendre précisément leurs besoins, les tâches liées à la mission, et même les risques et l’environnement du poste est indispensable. « Le responsable recrutement doit poser les bonnes questions aux entreprises pour identifier de façon précise leurs besoins », souligne-t-elle ainsi. Cette interaction assure que les candidats sont bien alignés avec les attentes des entreprises et vice-versa, optimisant ainsi les chances de succès de chaque placement.


La journée se termine enfin par la mise à jour des dossiers des candidats dans le logiciel interne, la programmation des visites médicales nécessaires, et l'organisation des contrats de travail.


Au cœur du métier : écouter, comprendre et agir


La mission fondamentale des conseillers en agence d’intérim ? Comprendre et connecter deux mondes : celui des candidats et celui des entreprises en besoin de talents. La conseillère doit faire preuve d'une écoute attentive pour déchiffrer les attentes et les besoins de chaque partie, un rôle qui exige non seulement de la patience, mais aussi une profonde empathie.


« L'agence reste un métier centré sur l’humain », souligne la conseillère. Cela commence par l'accueil des candidats, un moment clé où elle établit un premier contact aussi rassurant que professionnel. Durant les entretiens, elle sonde les compétences, les expériences, mais aussi les aspirations personnelles des candidats. Il ne s’agit pas là simplement de vérifier des compétences techniques, mais bien de comprendre le candidat dans sa globalité : son savoir, son savoir-faire, et surtout son savoir-être. « C’est un rôle d’intermédiaire pour évaluer les compétences professionnelles des candidats », explique l’experte. Les informations collectées sont précieuses et doivent être saisies avec précision dans le système de gestion des candidatures de l'agence.


En parallèle, la conseillère interagit étroitement avec les entreprises clientes. Cette relation nécessite une compréhension aiguë des environnements de travail, des exigences des postes proposés, et des cultures d'entreprise. C'est une danse délicate où elle doit équilibrer les attentes des entreprises et profils des candidats, s'assurant que les deux correspondent parfaitement.


Outre ces interactions, la conseillère doit également gérer des aspects plus techniques, mais tout aussi fondamentaux : vérification des certifications et documents administratifs, et programmation des visites médicales préalables à l'embauche. Ces étapes garantissent la conformité avec les réglementations en vigueur et sécurisent le processus pour tous les acteurs impliqués.


Chaque élément de ce processus contribue à une vision plus large du rôle du conseiller en recrutement : facilitateur d'emploi, certes, mais aussi architecte de carrières et conseiller stratégique pour les entreprises.


Des challenges quotidiens à la satisfaction finale


La gestion des urgences et la pénurie de candidats qualifiés constituent les principales difficultés rencontrées par la conseillère au cours de sa longue carrière dans le métier, en particulier dans les zones à faible taux de chômage comme le bassin de Morlaix où « il y a très peu de demandeurs d'emploi disponibles », comme le souligne la conseillère.


Face à ces challenges, la stratégie adoptée est proactive. Anticiper les fins de mission et suivre les périodes de carence devient central pour assurer une transition fluide vers de nouvelles opportunités pour les intérimaires. Cela nécessite une planification méticuleuse et un dialogue constant avec les intérimaires et les entreprises, afin de s'assurer que les compétences des candidats correspondent aux besoins des clients.


La conseillère prend également un rôle actif dans la formation et le développement des compétences des intérimaires. En collaboration avec les entreprises, elle aide ainsi à mettre en place des parcours de formation qui non seulement répondent aux besoins immédiats des entreprises mais ouvrent également des perspectives d'emploi à long terme pour les candidats. Ces initiatives sont un plus pour augmenter la stabilité de l'emploi et offrir de réelles opportunités de carrière, comme illustré par le cas d'un jeune couvreur de 19 ans. Alors en CDI, il s’est un jour présenté en agence et, guidé par sa conseillère, Agnès, a pu réaliser son rêve : devenir conducteur routier. Une histoire qui reste un point de fierté pour la conseillère : « Il avait un très bon savoir-être et après des tests en logistique et une formation, il a pu s'envoler pour le Canada pour poursuivre sa carrière », se souvient-elle.


La gestion des attentes et la communication sont d'autres aspects critiques de son travail. Maintenir des contacts réguliers et efficaces avec les entreprises et les intérimaires est indispensable pour assurer une satisfaction mutuelle et continue. Le suivi de la satisfaction des parties prenantes à travers des appels réguliers, des visites d'entreprise et des enquêtes de satisfaction permet non seulement de résoudre les problèmes éventuellement rencontrés rapidement, mais aussi de recueillir des données précieuses pour améliorer les services proposés par l’agence et la conseillère.


Malgré les challenges inhérents à son rôle, la conseillère trouve donc une grande satisfaction dans son métier en constatant les résultats de son travail dans les réussites des candidats et la satisfaction des entreprises clientes. Chaque challenge relevé est une preuve supplémentaire de l'impact positif qu'un conseiller en recrutement peut avoir sur les vies professionnelles des intérimaires qu'ils accompagnent.

©Adecco
15 avril 2024